2011 - 2013

Publié le par Madela

                                                        

AGIR EN FAVEUR DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

 

Au Niger, dans la Région de Dosso, renforcer et dynamiser l'agriculture familiale par la formation et la mise en oeuvre de services aux exploitantes de façon durable.

 

Objectifs

Nourrir plus de population, et en particulier la population des villes, par une exploitation plus volontariste des sites de maraîchage et une organisation de la commercialisation des excédents.

 

Les dysfonctionnements constatés

- les exploitantes commencent les semis début octobre et font les repiquages à partir de fin novembre ;

- dans ces conditions; elles ne font qu'une récolte pendant la saison sèche alors qu'il pourrait en être fait deux, voire trois pour certains légumes ;

- les villes sont très mal approvisionnées en légumes et, bien souvent, les négociants ont recours à des produits d'importation qui ne sont accessibles qu'aux plus nantis ;

- l'exploitation reste tournée vers l'autosuffisance des familles exploitantes  ;

- la culture en saison pluviale, de juin à septembre, est très peu pratiquée alors que des expériences ont montré qu'elle est viable ;

 

Le plan d'action proposé

- créer des pépinières afin de fournir des plants aux exploitantes dès le mois d'octobre et permettre ainsi de faire deux récoltes pendant la saison sèche ;

- procéder de même pour développer la culture en saison pluvieuse ;

- organiser la commercialisation des excédents vers les villes ;

- développer des stratégies de conservation et de transformation des récoltes.

 

Le projet comprend également le développement de pépinières arboricoles. 

 

Le projet s'accompagne de cours de cuisine et de la création de cantines dans les écoles de brousse qui seront équipées de fours à économie de bois fabriqués par les jeunes artisans que nous avons formés.  

 

Les modalités de l'action

Tous les aspects du projet sont traités de façon économique :

- les pépiniéres sont de petites entreprises dont le personnel est rémunéré,

- les plants sont vendus aux exploitantes des sites sous forme de microcrédit remboursable au fur et à mesure de la vente des récoltes,

- les exploitantes mettent en place une structure de commercialisation permettant de regrouper tous les excédents et de répartir ensuite les profits des ventes

- les exploitantes sont formées à la transformation et à la conservation des récoltes.

 

Pour revenir à l'écran d'origine : cliquer sur la flêche en haut en gauche de l'écran.

 

 

 

               

                                  

 

Commenter cet article