CADER DE TIDIRKA

Publié le par Madela

 Septembre 2006

Rencontres avec les instances villageoises


Information et réponses au questions 
                tidirka1-031.jpg

                      Explications  en présence du Vice Maire de Dosso
                              qui nous accompagnait.


                 tidirka1-023.jpg

                               Les villageois écoutent et posent des questions

Choix du village de Tidirka, à 7 km de Dosso 

                madela-niger-1-041.jpg

     
Le Chef de Village assisté des chefs de quartier propose les 18 stagiaires.
              (photo en présence d'une villageoise et de son bébé
                             sur les genoux d'une stagiaire)


Le Maire de Dosso nous attribue un terrain d'un hectare pour l'implantation du futur centre de formation

               madela-niger-1-008.jpg
         Réunion avec les agents techniques de la Mairie, sur le terrain, 
                 en présence du Chef de village (au premier plan)


LA DOTATION DU CENTRE PAR M.A.Dé.L.A

Le matériel





remise-mat--riel-008.jpg
La remise du matériel : 5 machines à coudre à pédale et l'équipement de la menuiserie

remise-mat--riel-014.jpg
3 fers à repasser

remise-mat--riel-015.jpg
en présence des villageois

remise-mat--riel-010.jpg
et des villageoises

remise-mat--riel-017.jpg
et du Chef de village.

Octobre 2006

Le 9 octobre 2006, le premier Centre d'apprentissage et de développement rural (CADER) a "ouvert ses portes" (en plein air !) à TIDIRKA.

TIDIRKA est un village de brousse situé à 7 km de Dosso (150 km au Sud-Est de Niamey, au Niger).

18 stagiaires (9 filles et 9 garçons) âgés de 15 à 18 ans ont été choisis par les instances villageoises.

                                     debut-tidirka-201.jpg

Photo des stagiaires le jour de la rentrée en présence du maître tailleur de Tidirka chargé de la formation et de l'entretien des 5 machines dont nous avons doté l'atelier.

Ils s'appellent :

Les filles : Affassatou, Ramatou, Kadidjatou, Zeinabou, Hadiza, Himaïmatou, Hadjo, Halimatou, Fadila
Les garçons : Adamou, Seydou, Souley, Hama, Aliou, Yacouba, Boubacar, Mazou, Saley

L'Atelier MENUISERIE

Ablaziz est le formateur ; il est menuisier à Dosso et vient deux fois par semaine pour assurer la formation des stagiaires.

                      illustrations-FR001-151.jpg

                           Ablaziz montre le bon geste pour préparer le bois qui servira à fabriquer des tabourets.

                                                    illustrations-FR001-171.jpg


                                                         Adamou est attentif aux explications du formateur

                   illustrations-FR001-025.jpg

                            Hama s'applique à répéter le geste pour la mise à l'équerre de la planche


                                  illustrations-FR001-058.jpg

                          Les tabourets fabriqués vont être présentés au groupe et soumis au contrôle qualité !

L'atelier COUTURE

              debut-tidirka-227.jpg

                                                 Premier contact avec les machines à coudre
                                                 Garçons et filles suivent les cours de couture.

                                   

                                        

                                     debut-tidirka-240.jpg

                                                                                   Fadila coud un pagne

L'atelier TRICOTAGE


                     illustrations-FR001-003.jpg

                                                                                             Premiers points

                     illustrations-FR001-177.jpg
                                                                Hadiza leur apprend à faire des chaussons

L'atelier BRODERIE

                  illustrations-FR001-243.jpg

                                 Aïssa, la femme du Chef du village, s'est proposée pour animer cet atelier.

La maçonnerie

Les villageois et les stagiaires ont participé à la construction de l'atelier couture et de la case d'accueil. La Mairie de Dosso a doté le Centre d'un hangar.

                   illustrations-FR001-218.jpg

Ainsi :

- d'octobre  à fin février, les stagiaires ont reçu une formation de base dans chacun de ces métiers avec deux objectifs : l'acquisition des bons gestes et le souci de la qualité. Tous ont un cours d'alphabétisation

- Début mars, les stagiaires se sont déterminés pour des métiers, en accord avec les formateurs. Certains ont choisi la menuiserie, d'autres la couture, etc.

Depuis, ils travaillent sur des produits utiles pour le marché local : 

en menuiserie : des tabourets, des tables et les encadrements des portes de cases qui paraît être une bonne
                              opportunité de marché
en couture        : des pagnes, des boubous, des rideaux
en tricotage      : des vêtements pour bébés
en broderie       : des draps pour porter les bébés dans le dos.

Ils s'entraînent également à la commercialisation en présentant leur production sur les marchés locaux.

Chaque samedi se tient une réunion de la coopérative du centre au cours de laquelle les fabrications de la semaine sont présentées. On procède alors à  un contrôle de qualité et au choix des articles autorisés à la vente avec fixation du prix.

La mission de juin va permettre de faire le point avec eux.

Ainsi, ce premier Centre a montré que la formation professionnelle, en brousse, par des formateurs nigériens était possible. L'accueil et l'adhésion de tous ont été remarquables :

- les formateurs, très impliqués dans leur mission
- les stagiaires, appliqués et curieux
- les parents d'élèves, partie prenante (nous avons fait régulièrement des réunions avec eux)
- les villageois, coopératifs
- les instances administratives se sont montrées concernées et nous avons reçu la visite du Maire de Dosso et de la femme du Djermakoye qui est le chef coutumier.


Vue d'ensemble des constructions en cours d'achèvement

                    PHOTOS-fin-sejour-021.jpg


Novembre 2007

ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL

Les activités ont bien progressé : en qualité pour la menuiserie, en diversité pour la broderie, la couture et le tricotage.

L'atelier menuiserie compte maintenant 3 établis pour les 6 stagiaires,

P1010308.JPG

Les menuisiers ont construit un hangar paillotte pour les brodeuses/tricoteuses :
P1010118.JPG

P1010309.JPG


Abdou, maître tailleur a animé un stage de perfectionnement en couture sur les robes ; nous le voyons ici préparer le modèle qu'il fera réaliser aux stagiaires ; il va revenir en janvier pour une nouvelle session.
P1010306.JPG

Les stagiaires ont commencé à faire les marchés et afin d'assurer les déplacements nous les avons dotés d'un équipement de transport .... voici "Chouchou"

P1010242.JPG

et la charrette qui ici transporte les paniers de protection des manguiers qui ont été plantés sur le site

P1010256.JPG

avec Aliou et Mazou, au départ de Dosso.

ENSEIGNEMENT GENERAL

L'alphabétisation en langue nationale a porté ses fruits : tous les stagiaires lisent et écrivent en Djerma. Parallèlement, ils ont fait des progrès en Français.
 
à l'oral : la compréhension est bonne, l'expression est encore hésitante. 
à l'écrit : 10 stagiaires sont en capacité de lire et 5 stagiaires, de lire et d'écrire.

Ils travaillent aujourd'hui sur les modules bilingues de gestion conçus et réalisés par notre équipe de formateurs sur la base des activités professionnelles.

P1010302.JPG

Nous les voyons ici "plancher" sur l'épineux problème du troc : combien un tabouret vaut-il en tasses de mil ou de haricots ?
P1010305.JPG

LA COOPERATIVE 

La caisse de la coopérative commence à se remplir grâce aux ventes réalisées (environ 120 000 FCFA, soit 200 €).

Par ailleurs, le Centre a été doté d'un équipement de traitement de l'arachide par l'ONG Lux-Développement.  Affassatou et Hassanatou, 2 stagiaires filles,  vont suivre une formation et assurer la gestion de l'équipement. Cette activité sera source de revenus pour la coopérative et des perspectives de développement de cette production sont à l'étude.

Lors de la dernière réunion du bureau, il a été envisagé d'ouvrir un compte à la Caisse d'Epargne ce qui, ultérieurement, permettrait d'obtenir des crédits.... à suivre.

LE TRAVAIL EN AUTONOMIE

Le programme des stagiaires de Tidirka évolue progressivement vers une autonomie croissante. Les formateurs laissent des objectifs pour la semaine et des consignes précises , les stagiaires sont alors en autonomie. L'organisation du travail et des approvisionnements sont des thèmes traités dans le cadre du cours de gestion.

En conséquence, le travail des formateurs a lui aussi évolué et leur rôle d'animateurs et de superviseurs s'est  accentué.

Les stagiaires de Tidirka termineront leur formation au mois de février et commenceront à fonctionner sous la forme coopérative.

Février 2008

LA FIN DE LA FORMATION DE BASE
 

A Tidirka qui a ouvert en octobre 2006, les jeunes stagiaires ont terminé les 18 mois de formation.

 

 En clôture de leur cycle de formation, les stagiaires Tidirka ont organisé une journée "Portes Ouvertes" le 2 février 2008.

La manifestation a été ouverte par Monsieur le Maire de Dosso dont dépend le village de Tidirka, 

                         

JANVIER-1-041.jpg


   
en présence 
- du Conseiller municipal du village, Issaka, que nous apercevons derrière Monsieur le Maire,
- de Frère Dominique (assis),
- de Madame Djermakoye,


                   

JANVIER-1-042.jpg



 - du Chef du village (en vert sur la photo), entouré des Chefs de quartier et des "Sages".

                 

JANVIER-1-015.jpg




Monsieur Roch Ajavon du Projet Lux-Développement était également présent.

Les villageois, avertis par le griot du village, sont venus nombreux.


                

JANVIER-1-036.jpg



                

JANVIER-1-014.jpg

Les stagiaires chantent et dansent pour nos invités :

JANVIER-1-047.jpg


Après les discours, visite de l'exposition et explications sur le projet,


JANVIER-1-053.jpg 

 

Puis visite des ateliers et des différentes productions réalisées par les jeunes stagiaires :

JANVIER-1-055.jpg

JANVIER-1-026.jpg
Monsieur et Madame Roch Ajavon en présence de Monsieur le Maire assistent à la présentation des protoypes des lampes solaires qui seront fabriqués par les jeunes artisans.

JANVIER-1-058.jpg

Les stagiaires de Tchambanga (casquette rouge Orpi) étaient venus voir "leurs aînés"

JANVIER-1-007.jpg

 


Claire, Mireille et André, qui nous avaient aidés à la préparation de la journée, ont pu apprécier la manifestation.

JANVIER-1-034.jpg 

Conclusion

On attend bien sûr des effets positifs de cette journée :

- les visiteurs ont fait des achats,
- les responsables des ONG ont promis des commandes et ont manifesté par leur présence l'intérêt qu'ils portent à notre projet,
- les villageois et villageoises pourront désormais faire des achats sur place (en monnaie ou contre du mil ou des haricots).



L'équipe M.A.Dé.L.A. et les jeunes de Tidirka et de Tchambanga étaient satisfaits de la réussite de cette manifestation.

18A_0031.jpg


L'accompagnement des "jeunes artisans"

I.1 Notre action sur l'apprentissage et l'alphabétisation

Les apprentissages dans les différents métiers permettent aujourd'hui aux jeunes de bien utiliser le matériel et de fabriquer tous les articles correspondants aux besoins des villageois.

Les résultats de l’alphabétisation sont globalement satisfaisants ; si 2 stagiaires (un garçon et une fille) n’ont pas réussi à progresser, les autres ont atteint un niveau de lecture et d’écriture qui leur permet de gérer leurs activités. Ils sont capables de remplir des imprimés, de tenir une comptabilité simple, de mener des réunions et de rédiger les compte-rendus.


Les cours, le crayon ou la craie à la main !

 

NUM-TRICOT-042.jpg
P1010060.JPG

Ils ont également fait des progrès en Français oral ; nous les voyons ici répéter un sketch  :

NUM-TRICOT-041.jpg

 

 

L’alphabétisation va se poursuivre dans le cadre du programme villageois de Plan International.

 

I.2 La pépinière d'entreprise

 

Désormais, les jeunes artisans vont exercer leurs activités sous la forme d’une coopérative, en "pépinière" pendant 6 mois ; ils disposent d’un capital de 300 000 FCFA (450 €), résultat des ventes de leur production pendant la phase de formation.

 

Ils vont être suivis pendant cette période par Namata. L’encadrement concerne les domaines suivants :

 

-          fonctionnement de la coopérative et cohésion du groupe

-          planification des fabrications et des marchés locaux ;

-          adaptation des activités en fonction des résultats ;

-          communication

-          gestion.

 

Les parents ont pour leur part constitué un Comité de 5 personnes auxquelles sont venus se joindre le directeur de l’école et le conseiller municipal ; ils vont suivre et conseiller les « jeunes pousses » et montrent ainsi leur souci de voir réussir leurs enfants.

 

Réunion avec les stagiaires, les parents, le Chef du village, le conseiller Issaka, le Directeur de l'école et toute l'équipe M.A.Dé.L.A.
DSC05795.JPG

 

 

    

Les jeunes vont poursuivre les activités pour lesquelles ils ont été formés, à savoir menuiserie, maçonnerie, couture, broderie et tricotage. Mais le contexte socio-culturel et climatique  impose de pratiquer plusieurs activités et de s’impliquer avec l’ensemble des villageois.

 

Conclusion

 

Pendant six mois, les jeunes issus de la formation M.A.Dé.L.A. vont s’entraîner à être en situation d’entreprise. Cette période est très importante et nous permettra à nous-mêmes d’étudier l'appropriation et la mise en œuvre des connaissances dans leur environnement culturel.

 

Les nouvelles activités consécutives à notre action sur le développement villageois sont porteuses de nouveaux apprentissages et de revenus pour tous, les villageois et les jeunes artisans. Des retombées favorables sont constatées dès à présent ; par exemple,  les menuisiers ont eu des commandes de tables et de tabourets de la part des femmes exerçant l’activité de l’arachide.


Nous restons à leur côté avec les parents pour les conseiller et continuer à les former.

Ils reçoivent également un soutien très bénéfique de la part des ONG locales, en particulier du Projet Lux-Développement.


Vous retrouverez désormais le parcours des jeunes artisans de Tidirka dans la rubrique : "Développement villageois"







Commenter cet article